87 Avenue de la grande armee : L’immeuble bleu

45,00

Pierre Dufau is one of the major architects of the Trente Glorieuses. He is considered a true theoretician of office buildings, of which the Blue Diamond is a fine example.

The Blue Diamond is an office building designed in 1974; it is to accommodate the new headquarters of the Louis Dreyfus bank (see Louis Dreyfus bank). The project will generate a lot of ink and meet with a real outcry. First, the site is emblematic: the bottom of Avenue de la Grande Armée, in front of Porte Maillot. Above all, Dufau and his teams imagined facades in blue mirrors… sacrilege!

The architects of the city then had as a “theory” that the color of the street lamps and street furniture being brown, the buildings should display a color which is a variant of brown. Dufau dared to retort to them that it sounded like a “chocolate bar on modern buildings”.

The architect held on and his building was aptly called “the Blue Diamond”. Its facades are made up of curtain walls with bluish panes. The project was nevertheless scandalously simplified: it lost part of its volumes to be reduced to two very wise blocks.

Pierre Dufau est l’un des architectes majeurs des Trente Glorieuses. Il est considéré comme un véritable théoricien de l’immeuble de bureaux, dont le Diamant Bleu est un bel exemple.

Le Diamant bleu est un immeuble de bureaux conçu en 1974 ; il doit accueillir le nouveau siège de la banque Louis Dreyfus (voir la banque Louis Dreyfus). Le projet va faire couler beaucoup d’encre et rencontrer une véritable levée de boucliers. D’abord, le site est emblématique : le bas de l’avenue de la Grande Armée, devant la porte Maillot. Surtout, Dufau et ses équipes ont imaginé des façades en miroirs de couleur bleu… sacrilège !

Les architectes de la ville avaient alors comme « théorie » que la couleur des réverbères et du mobilier urbain étant marron, les immeubles devraient arborer une couleur qui soit une variante du marron. Dufau osa leur rétorquer que cela faisait « tablette de chocolat sur les immeubles modernes ».

L’architecte a tenu bon et son immeuble fut appelé à juste titre « le Diamant bleu ». Ses façades sont constituées de murs-rideaux aux vitres bleutées. Le projet fut néanmoins scandaleusement simplifié : il perdit une partie de ses volumes pour être réduit à deux blocs bien sages

  • LanguageLangage
  • ConditionÉtat Excellent